•  

    Bonjour

    Il est temps que je mette au clair certaines choses par rapport à l'image qu'on nous donne,Nous avons été longtemps été persécutées, moquées ou avoir salie notre réputation par des ignorants !

    Au cœur des années 70, les féministes italiennes s'étaient emparées de la sorcière pour en faire le symbole subversif de la révolte féminine. Leurs consœurs françaises avaient suivi, et une revue littéraire féministe arbora le titre de Sorcières (sous-titre Les femmes vivent…), sous la houlette de Xavière Gauthier, Marguerite Duras ou Nancy Huston je ne sais plus moaw !

    Et puis nous avons étées chassées pendant les années 80 qui renferma brutalement les pistes lancées par la contre-culture,nous nous sommes éclipsées.Ne laissant comme empreintes que de vieilles femmes laides au nez crochu racontés dans les contes pour enfants et films,à la faveur d'une saga qui donnas une bonne image des sorcières j'ai nommée Harry Potter !!!!!!

    Paru en 1973 et aussitôt « best-seller underground », Sorcières, sages-femmes et infirmières est l'un des premiers essais à raconter notre persécution considérant comme des coupables, mais comme des victimes. Cette « guerre contre les femmes », affirment les auteures, ne fut pas un phénomène « mineur » : si des centaines de milliers de femmes furent massacrées, torturées ou exilées , c'est parce qu'elles menaçaient la structure et la distribution du pouvoir.

    La chasse fut menée par la classe dirigeante contre la population féminine paysanne, les sages-femmes et les guérisseuses, qui étaient souvent « les seuls médecins généralistes d'une population qui n'avait ni docteurs ni hôpitaux et qui souffrait amèrement de la pauvreté et de la maladie ». On passa alors d'une médecine « douce » et empirique, basée sur une compréhension des os et des muscles, des plantes et des médicaments, à une médecine « héroïque », faite de saignées, lavements et forceps obstétricaux.

    Le passé vit dans le présent, écrit Starhawk. « Les expropriateurs se déplacent dans le tiers-monde, détruisant les cultures, pourvoyant la connaissance occidentale estampillée, pillant les ressources de la terre et des gens […]. La fumée des sorcières brûlées est encore dans nos narines ; elle nous intime […] de nous considérer comme des entités séparées, isolées, en compétition, aliénées, impuissantes et seules. »

     

    L'antidote, pour Starhawk la néo-païenne, consiste précisément à se nommer sorcière. Et se nommer sorcière, c'est rendre aux femmes le droit d'être puissantes et même dangereuses, faire d'elles les héritières des guérisseuses et des sages-femmes. Et ouvrir de nouveaux possibles, politiques, artistiques.

    Donc voilà pour conclure nous ne ressemblons pas à ça !

    Résultat de recherche d'images pour "sorcière"

    mais plutôt à ça !

    voilà j'espère que ça vous à plus je vous fait de gros bisous,Namasté !

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique